Comparatif : les systèmes politiques et citoyens athéniens et romains dans l'antiquité - Histoire Géographie - Seconde

Comparatif : les systèmes politiques et citoyens athéniens et romains dans l'antiquité - Histoire Géographie - Seconde

Voici un document d'Histoire Géographie de Seconde sur le chapitre "Comparatif : les systèmes politiques et citoyens athéniens et romains dans l'antiquité".

Vous étudierez dans un premier temps les termes du chapitre à connaitre, il y aura une partie sur la gestion du territoire sous influence, puis une autre sur les institutions romaines et athéniennes. Enfin, une partie sur les questions de citoyenneté.

Téléchargez gratuitement ce document d'Histoire Géo de Seconde.

Comparatif : les systèmes politiques et citoyens athéniens et romains dans l'antiquité - Histoire Géographie - Seconde

Le contenu du document

 

TERMES A CONNAITRE

 

Démocratie 

Oligarchie 

Tyrannie

Monarchie 

République 

Empire 

Sénat

Agora

Acropole 

Forum 

Sénat 

Magistrats.

Polythéisme 

culte impérial 

Pax Romana 

provinces sénatoriales / impériales 

Limes.

Tria Nomina 

Ostracisme.

 

Toutes ces définitions sont à retrouver sur les deux autres fiches digiSchool sur Athènes et Rome, ainsi que les dates principales.

 


LES GESTIONS DU TERRITOIRE SOUS INFLUENCE

 

- Tout d'abord, la différence principale entre les deux cités est bien l'ampleur de leurs territoires. Athènes ne possède que l'espace qui lui est proche, composé de champs cultivé pour la cité, mais aussi le port Le Pirée, relié par une muraille imposante avec le centre-ville. La Ligue de Délos n'est pas un Empire, mais seulement une alliance militaire avec d'autres villes grecques, qui sont en pratique sous la tutelle d'Athènes, et qui doivent fournir un tribut afin d'assurer des troupes et des navires de défense.

 

- Cette situation n'existe pas dans le monde romain au début de notre ère. En effet, Rome conquiert ses voisins italiens, puis tout autour du bassin méditerranéen. L'administration se fait donc de manière directe, avec des thèmes directeurs, comme les voiries, la monumentalisation des centres urbains avec le forum... La capitale romain détient donc ces espaces, étendus sur une grande partie du monde connu alors, ce qui la distingue de sa comparse grecque.

 

- De plus, Rome détermine différents territoires et cités avec des droits qui divergent entre elles. C'est le cas entre les provinces sénatoriales et impériales, les premières étant administrées par des représentants du Sénat, tandis que les secondes par des légats nommés par l'Empereur lui-même. En ce qui concerne les cités, elles sont réparties en trois catégories : les cités de droit romain, dans lesquelles les habitants possèdent la citoyenneté romaine avec des institutions calquant celle de la capitale ; de droit latin, permettant, grâce aux promotions civiques par le biais des magistratures, d'accéder à la citoyenneté romaine ; ou de droit pérégrin, étrangère pour le pouvoir central mais devant payer un lourd tribut.

 

- Pour Athènes, il existe de fait – pas en théorie cependant – une domination entre elle et les cités de la Ligue de Délos, puisque ville principale de cette alliance. Chaque cité membre doit participer à l'effort militaire, soit en fournissant des hoplites – soldat membre de l'infanterie lourde – soit en payant pour aider les autres à entretenir l'effort de guerre. Athènes se renforce même au cours du Vème siècle avant J-C au sein de cette alliance en faisant déplacer les réserves de métaux de la Ligue depuis Délos vers le Parthénon, temple trésor d'Athènes situé sur l'Acropole.

 


LES INSTITUTIONS ROMAINES ET ATHENIENNES

 

- Deux mondes s'opposent : l'Empire romain, qui est une monarchie dans laquelle l'Empereur possède tous les pouvoirs ; la démocratie athénienne, où les citoyens incarnent un rôle important et tiennent théoriquement le pouvoir – sauf militaire.

 

institutions-romaines-atheniennes-histoire-geo

 

Comme nous pouvons le voir, nous avons deux systèmes différents, le premier basé sur le citoyen et le partage des pouvoirs, tandis que le second est entièrement dirigé par le bon vouloir de l'empereur. Le Sénat romain ne conserve aucun pouvoir de sa période républicaine donc.

 

 

LES QUESTIONS DE CITOYENNETE

 

- La citoyenneté à Athènes et à Rome est plus ou moins identique : ce sont les seuls à pouvoir participer aux magistratures de la cité, à pouvoir posséder une terre, avoir une défense juridique assurée ou une protection de la cité. Les métèques, c'est-à-dire les étrangers libres vivant sur le sol d'une cité, n'ont que peu de droits, et ne deviennent que très rarement citoyens.

 

- C'est ici que s'éloignent les deux cités. A Athènes, l'accession à la citoyenneté est rarissime, et ne peut qu'être la conséquence d'un haut-fait exceptionnel. Le groupe des citoyens ne se renouvelle pas, et les mêmes familles se retrouvent à l'Agora.

 

- Pour Rome, les moyens d'accès sont plus divers. En effet, tout comme à Athènes, un homme libre né de parents citoyens légalement marié devient citoyen à sa majorité, ou si l'Empereur décide d'accorder ce privilège à un homme libre en cas d'actions extraordinaires. Cependant, les esclaves affranchis – ceux qui ont été libéré de l'asservissement par leur maître citoyen romain – ne deviennent pas de simples métèques, mais des citoyens romains portant le nom de leur ancien maître, quoiqu'avec moins de droits que ceux depuis leur naissance. Leur enfant, eux, jouissent de tous les droits des citoyens classiques. Ces règles et ces possibilités permettent d'ajouter de nouvelles personnes au sein de cette classe, et donc, pour le pouvoir en place, d'obtenir de nouvelles ressources financières. Ces questionnements sont stoppés après l’Édit de Caracalla, qui donne ces privilèges à chaque homme libre dans l'Empire.

 

Donc, les deux cités présentent des modèles politiques contraires. Rome s'est séparée de la République, régime oligarchique, pour un régime impérial avec l'Empereur qui cumule tous les pouvoirs. Athènes, quant à elle, a choisi une voie démocratique, autour du tirage au sort et de la séparation des pouvoirs. Ces problématiques sont aussi mises en avant par rapport à leurs territoires sous influence directe – pour Rome, via la conquête – ou indirecte pour Athènes, à travers la Ligue de Délos. Les deux civilisations ne cherchent donc pas à assimiler les autres cités de la même manière : pour la cité de Romulus, cela passe par l'armée, tandis que pour la cité d'Athéna, les moyens sont plus politiques, idéologiques, culturels et religieux.

 

Ces différences apparaissent en contraste avec les questions de citoyenneté : alors que l'on pourrait penser que Rome fermerait le plus l'accès à la classe citoyenne, c'est bien Athènes, pour des raisons de conservation du pouvoir parmi une élite peu nombreuse – 40 000 citoyens pour 350 000 habitants environ – qui bloque les naturalisations. La citoyenneté est un héritage social au même titre qu'une terre, un atelier... et les Athéniens protègent cela par le durcissement de ces règles, contrairement à Rom et surtout à Caracalla, qui donne cette distinction à tous par son Édit.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?