Sujet Economie - Bac STMG 2014 Polynésie

Sujet Economie - Bac STMG 2014 Polynésie

Nous mettons à votre disposition le sujet d'économie du Bac STMG 2014 de Polynésie.

Après avoir répondu à 3 questions à partir de vos connaissances et des documents proposés, vous devrez rédiger une argumentation répondant à la question suivante : En France, l'État est-il libre de ses choix de politique économique ?

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet d'économie 2014 du Bac STMG de Polynésie.

Sujet Economie - Bac STMG 2014 Polynésie

Le contenu du document


ÉCONOMIE (10points)

À partir de vos connaissances et de la documentation fournie en annexe :

1. Listez les solutions à la disposition des États pour attirer les multinationales.

2. Expliquez les raisons et les risques de la politique budgétaire restrictive menée actuellement par la France.

3. Expliquez le mécanisme du "taux directeur" de la BCE et ses conséquences sur l'activité économique de la zone euro.

4. Rédigez une argumentation qui vous permette de répondre à la question suivante :

En France, l’État est-il libre de ses choix de politique économique ?


Annexes :

  • Annexe 1 : Investissement en Europe : les multinationales font leur marché
  • Annexe 2 : L'austérité, stop ou encore
  • Annexe 3 : La politique monétaire inopérante


Annexe 1 : Investissement en Europe : les multinationales font leur marché

Avant d'investir dans un pays, les grands groupes l'examinent à la loupe. Face à des États prêts à tout pour créer des emplois, ils sont en position de force pour imposer leurs conditions.

Ce 26 novembre 2012, [...] Christian Poiret, maire de Lauwin-Planque, dans le département du Nord, se souviendra toute sa vie d'une nouvelle évoquée en fin de journal. Son petit village a été choisi pour accueillir l'investissement étranger le plus convoité de l'année : le dernier entrepôt du géant américain d'e-commerce Amazon. Quelques 2 500 emplois à la clé. Pendant dix mois, lui et sa petite équipe [...] ont travaillé d'arrache-pied pour l'emporter face à 24 concurrents, sans même savoir qui était le mystérieux investisseur derrière le nom de code du projet, Logistic 22. Pour faire la différence, l'établissement public a misé sur l'accélération des procédures et sur l'anticipation des besoins de l'entreprise. Avant même qu'Amazon ne prenne sa décision, des routes d'accès au futur chantier avaient été construites, 38 000 mètres cubes de terre avaient été remués... [...]

Subventions, fiscalité, coût du travail, qualité de la main-d'œuvre, infrastructures, transports, utilities (services), coût des bâtiments... Tous les critères sont examinés à la loupe, pondérés en fonction des besoins. Les élus locaux sont aux premières loges de l'incessant bras de fer : récemment, pour éviter de perdre 200 postes promis par la société de centres d'appels Arvato, la communauté d'agglomération du Grand Angoulême s'est engagée à ne pas accueillir son principal concurrent, Laser Contact. [...]

Source: L'expansion, le 03 Mai 2013


Annexe 2: L'austérité, stop ou encore

Les politiques budgétaires restrictives ont plongé la France et l’Europe dans la récession. Il faudrait changer de politique dès maintenant, car le temps presse.

[...] En octobre dernier, nous titrions « Rigueur, l’overdose » : tout en saluant l’effort du gouvernement pour cibler en priorité les revenus des plus aisés, nous mettions en garde contre le caractère excessif de la restriction budgétaire de 30 milliards d’euros engagée pour 2013 dans un contexte très déprimé. Malheureusement le scénario noir est en train de se concrétiser. L’économie française est entrée en récession fin 2012, et celle-ci semble s’aggraver. Les indicateurs soulignent en particulier un recul sensible de la consommation des ménages, alors qu’elle avait plutôt résisté jusque- là. Et logiquement la hausse du chômage se poursuit à un rythme soutenu : le cap des 5 millions de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B et C (c’est-à-dire y compris ceux qui ont travaillé quelques heures dans le mois) à Pôle emploi a été franchi en mars dernier.

[...] Mais l’ampleur du ralentissement économique limite aussi fortement la baisse du déficit public. Pour 2012, Nicolas Sarkozy avait déjà réduit [les dépenses publiques] et François Hollande l’avait renforcé à son arrivée. Du coup, la chute de l’activité a été tellement marquée en fin d’année que le déficit n’est, au final, passé que de 5,2 % du produit intérieur brut (PIB) en 2011 à 4,8 % en 2012. Et 2013 ne s’annonce pas mieux : en janvier et février, le déficit de l’État s’est accru de près de 3 milliards d’euros par rapport à 2012 parce que ses recettes ont reculé de 2,8 %. Avec le risque non négligeable qu’à terme, ces mauvaises performances sur le plan de l’activité et des finances publiques fassent basculer la France du côté des « pays à problèmes » aux yeux des investisseurs, la privant du bénéfice de taux d’intérêt exceptionnellement bas dont elle a profité jusque-là avec l’Allemagne.

[...] Il ne fait donc guère de doute que les politiques budgétaires excessivement restrictives menées en France et en Europe sont contre-productives. Pourtant, le gouvernement a choisi de poursuivre dans cette voie avec le programme de stabilité rendu public le 17 avril dernier. Celui-ci prévoit en effet un effort supplémentaire de restriction budgétaire de 20 milliards d’euros en 2014, avec 14 milliards d’euros d’économies sur les dépenses et 6 milliards d’euros de hausse des recettes. L’objectif affiché étant de revenir à un déficit public de 2,9 % du PIB l’an prochain. Un programme que la Commission européenne doit examiner d’ici à fin mai.

Source: Alternatives Économiques N°324 - Rubrique L 'événement - mai 2013


Annexe 3: La politique monétaire inopérante

Pour tenter de raviver l'activité, la BCE a encore abaissé à 0,5 % en mai 2013 son taux directeur (celui auquel elle prête de l'argent à court terme aux banques). Il est quasiment au plancher. Ces baisses répétées peinent cependant à se transmettre au coût du crédit aux entreprises dans les pays de la périphérie de la zone euro. Elles n'ont pas non plus permis d'enrayer la contraction du crédit.

Évolution du crédit aux agents résidents privés dans la zone euro, en %.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?